École Spéciale De Magie

Les temps sont sombres et l'avenir plus qu'incertains...Venez vivre la suite des aventures à cette école de magie
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dans les couloirs...

Aller en bas 
AuteurMessage
Tatyana
Préfet
Tatyana

Masculin Nombre de messages : 17
Age : 29
Localisation : Poudlard
Maison : Gryffondor
Âge du perso : 16 ans
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Dans les couloirs...   Jeu 12 Juil - 0:41:21

Ses cheveux courts ondulants légèrement sous la brise qui parcourait la salle, Tatyana marchait lentement laissant ses doigts fins glisser contre le métal qui constituait l’armature des lits de l’infirmerie...Par la fenêtre ouverte s’engouffrait régulièrement un peu plus d’air frais gracieuseté de la nuit qui allait bientôt se lever. Chaque pas l’éloignait un peu plus de l’infirmière qui s’occupait du jeune Serdaigle qui avait eu l’audace, ou l’inconscience de mélanger certains ingrédients pourtant proscrits ensemble. Comme le vinaigre et le bicarbonate de soude, sauf que pour l’enfant de seconde année, cela n’avait pas seulement pétillé…Mais bien explosé…Et c’est encore elle qui avait dû amener l’enfant à l’infirmerie, car elle se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment…Il aurait été bien plus amusant de rentrer dans la salle commune et de parler avec les autres filles, mais les responsabilités qui lui incombaient en tant que préfet se devait d’être respecté. Ainsi, maintenant que sa part du travail était faite, elle allait retourner se vautrer dans un fauteuil devant le foyer. Chaque lit qu’elle passait semblait avoir une histoire différente. Tatyana aurait tellement aimé savoir ce que ces meubles avaient à raconter…Qui s’était couché dessus et pour quelles raisons? Peut-être était-ce macabre quelque peux, puisque l’on ne vient jamais à l’infirmerie sans être mal en point…Mais la curiosité de connaître l’histoire que renfermait chaque parcelle de mur de ce château lui tailladait l’esprit.

La jeune femme s’arrêta devant une des couchettes…Elle se ferma les yeux…Pouvait-elle voir le pauvre bougre qui avait reposé là des années auparavant…Tendant la main devant elle…Pouvait elle-même le sentir? Comme si cette présence avait laissé une partie d’elle-même sur ce matelas inconfortable, une partie de son âme…Ses doigts flottants à quelques centimètres du lit, un frisson parcourra son échine, la surprenant et lui faisant rouvrir les paupières…La lumière de la lune levante teinta ses yeux émeraude d’un voile céleste…Sa peau diaphane se voyait encore un peu plus pâle qu’à l’ordinaire…Dehors elle entendit un hurlement de loup…Un coup d’œil à la forêt interdite réveilla de vieux souvenirs en elle…Il était si loin le temps ou elle sortait en cachette pour s’y rendre…Qui resterait le plus longtemps dedans avant d’en ressortir? Un jeu enfantin, mais dont elle se ventait d’avoir gagné chaque fois…

Elle arriva à la hauteur de la porte et se retourna, son sourire chaleureux accroché au visage comme toujours. Ella salua l’infirmière et lui envoya un signe de la main. Il était si bon ce temps où elle était sereine et relax. Ou rien ne comptait plus que son propre plaisirs et bien-être…Pas de rédaction de parchemins, pas des cours de rattrapage…Que cette soirée qui débutait…Cette nuit où elle atteignait l’âge de 16 ans…Tatyana passa le cadre de porte pour se retrouver dans un couloir désert…Quelque torche éclairait le tout, donnant une allure un peu plus sombre au château. Déjà la plupart des élèves étaient rentrés. Seuls quelques professeurs et préfets rôdaient pour attraper les retardèrent. Bien sûr il y en avait plusieurs en ce début de nouvelle année scolaire…Certains nouveaux se croyaient capables d’échapper aux yeux des adultes, ou des jeunes adultes…Comme ce petit couple là bas, caché à l’ombre d’une statue…Ils croyaient probablement pouvoir passer un peu de « bon temps » ensemble… Tatyana s’accouda nonchalamment contre le mur et décida de leur donner cinq minutes de solitude…Elle-même aurait bien fait pareil si seulement elle avait eu une flamme…Mais pour l’instant la solitude la pesait…Le délais expiré elle murmura « Lumos » et les éclaira de sa baguette…

- Allez allez, regagnez votre dortoir vous aurez amplement le temps lors de la sortie de Pré-Au-Lard demain…

Les deux jeunes Poufsouffle rouges de honte s’en allèrent timidement vers leur dortoir…Tatyana ne reteint pas un sourire évocateur et soupira à l’idée de ne jamais trouver son prince charmant à elle…Après un haussement d’épaules que seul un vieux monsieur barbu dans une toile put admirer, la jeune femme s’en retourna vers la salle commune des gryffondor…Une longue marche puisque l’infirmerie et les gryffondor était opposé l’un de l’autre dans le château…D’un pas lent, féminin et quelque peu rêveur, elle se laissait aller ça et là dans les méandres des couloirs…Rien ne pouvait entamer sa félicité du moment…Les joies d’avoir un an de plus…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan
Préfet
Tristan

Masculin Nombre de messages : 18
Age : 27
Maison : Serdaigle
Âge du perso : 16ans
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: Dans les couloirs...   Jeu 12 Juil - 7:43:32

Apercevant la nuit tombante Tristan roula ses parchemins avec contrariété. En réalité peu lui importaient les petits fouineurs qui passaient leur temps à faire poindre leur nez poussiéreux dans les coins les plus improbables du château; il se moquait éperdument des inconscients qui préfèreraient tenter de passer la nuit dehors plutôt qu'au chaud dans leur lit. Mais c'était son travail... et il éprouvait un certain plaisir, il faut l'avouer, à les surprendre au moment où ils pensaient enfin avoir dupé tout le monde. C'était sans doute pour cela qu'il avait accepté d'être préfet, ça et le prestige de l'être, le pouvoir même minime qui en découle et la satisfaction de pouvoir l'écrire noir sur blanc sur son dossier scolaire.
Il jeta un regard circulaire à la salle commune où quelques élèves travaillaient ou pour la plus grande part, paraissaient encore. Il étira un fin sourire sur ses lèvres avant de toussoter légèrement.

-Je ne veux plus voir personne ici à mon retour.


Il sortit finalement du repère des serdaigles pour gagner les immenses couloirs. Il hésita sur le chemin à suivre, il se souvint qu'il aimait aller jusqu'à la volière mais se rappela à l'ordre: il ne s'agissait pas d'une promenade de santé. La veille il était allé du côté des cachots mais n'y avait trouvé que peu d'élèves; l'endroit était sans doute trop sinistre de nuit pour que beaucoup veuillent s'y aventurer. Soit, aujourd'hui, il irait... au petit bonheur la chance, c'était une technique qu'il ne mettait que rarement à profit mais qui méritait qu'on lui consacre une soirée.

Il ôta une couche épaisse de poussière d'une armure qu'il s'empressa de faire tomber de ses doigts, fronça les sourcils d'un air de dégout et fut surpris, malgré qu'il y fut habitué, lorsque celle-ci hocha la tête paresseusement pour lui indiquer qu'elle n'y pouvait rien. Il n'aimait pas ce qui bougeait, les statues, les tableaux et même les escaliers, il aurait voulu que chaque chose ait une place et qu'elle y demeure. Mais ce qu'il avait en horreur par dessus tout, bien au-delà des trouble-fêtes de seconde zone, des tableaux mesquins qui brouillaient les pistes, des escaliers traitres qui vous écartaient de votre cible... c'était lui : PEEVES. Il faut dire que le fantôme le lui rendait bien et s'attardait à lui rendre la vie impossible depuis ce funeste jour de sa première année où Tristan s'était moqué de ce "Pauvre fantôme tellement déboussolé qu'il n'avait plus comme occupation douteuse que de se moquer de premières années effarouchées". Tristan se souvint, avec un sourire mesquin, du premier soir où il avait arboré son insigne de préfet, Peeves avait eu l’air si surpris qu’il n’avait pu que lui lancer un regard tranchant avant de repartir sans avoir accompli le moindre méfait ; depuis l’esprit frappeur avait trouvé diverses façons d’exprimer son mépris à l’égard du jeune serdaigle qui lui faisait désormais face.

-Bien le bonsoir mon bien cher Peeves !
-Epargne-moi ton hypocrisie, langue de vipère !
-Ta cruauté me fend le cœur, sois-en assuré.

Peeves émit un long rire aux accents de film d’horreur avant de déverser une pluie torrentielle d’eau glacée sur Tristan qui ne put, bien malgré lui, qu’émettre un long frisson en claquant des dents. Le fantôme fit une pirouette avant de tirer ostensiblement la langue au préfet et de disparaître par le plafond. Las, Tristan essora rapidement ses vêtements avec ses mains et écarta une mèche humide qui dégoutait sur son visage. Dans un bruit de « Flapflap » d’abord phénoménal qui s’adoucit peu à peu avant de disparaître, il reprit sa ronde.

Il croisa relativement peu d’élèves, si ce n’est de jeunes premières années égaillées qu’il se mit en devoir de remettre dans le droit chemin. Certains feignaient de s’être perdus mais Tristan n’était pas dupe et il se doutait qu’au matin ces jeunes coqs perdraient leurs sourires moqueurs pour arborer une mine défaite en apprenant l(es)’ heure(s) de colle dont ils avaient écopé. Un peu plus tard il croisa un couple de poufsouffles qui se tenait par la main et il ne put se retenir d’hocher la tête avec un air profond de dédain , il envoya volontairement son lumos se plantait dans le regard du garçon.

-On peut savoir ce que vous faîtes ?

-On regagne notre salle commune…
-Mais bien sûr ! Et évidemment vous vous êtes lamentablement perdus non loin de l’infirmerie dans un petit recoin sombre où vous n’avez pas eu d’autre solution que de vous embrassez durant des heures, ce qui explique que vous trainiez encore ?
La jeune fille était d’un rouge écarlate désormais et elle balbutia tant bien que mal : -Ce n’est pas… c’est que…
-Nous avons déjà rencontré la préfète de gryffondor et nous regagnons notre dortoir sur ses recommandations.
-Soit. Alors qu’attendez-vous ?

Le garçon bouscula Tristan sur son passage et entraîna sa petite amie par la main, il avait l’air furieux. Tristan, lui, était plutôt content de lui et il espérait que la préfète aurait fait ce qu’il fallait pour que ces deux là ne trainent plus ; c’était déjà désagréable de surprendre les idiots qui pensent braver on ne sait quel défi mais il avait une sainte horreur des couples. Il détestait les voir se bécoter, il n’aimait pas les voir se promener main dans la main avec un air béat, n’avaient-ils donc rien de mieux à faire que de perdre ainsi leur temps ? Il en était exactement là de ses réflexions lorsqu’il aperçut une nouvelle silhouette, il leva sa baguette, près à mordre et se ravisa en voyant briller l’insigne de préfète sur la poitrine de l’élève de gryffondor.

-Ah…
-Bonsoir !
-Tu es la préfète qui s’est occupé du petit couple ? J’espère que tu as fait le nécessaire, je viens de les croiser et ils m’ont dit t’avoir vu.


Tristan chassa une énième fois la mèche humide qui lui tombait dans les yeux avant d'hausser un sourcil interrogateur à la jeune fille qui semblait quelque peu surprise.


Dernière édition par le Mar 17 Juil - 13:42:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatyana
Préfet
Tatyana

Masculin Nombre de messages : 17
Age : 29
Localisation : Poudlard
Maison : Gryffondor
Âge du perso : 16 ans
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: Dans les couloirs...   Lun 16 Juil - 0:37:51

Blanc...Mais pas une blancheur agréable...Elle tenait plus de celle qui provoquait une douleur dans le front en vous brûlant les yeux. Un abruti la pointait de manière inquisitrice avec son « lumos ». Heureusement il ne fallut pas une éternité pour qu’il comprenne et abaisse sa baguette laissant Tayana libre de voir à nouveau. Elle vit alors le jeune homme devant elle, assez grand, chevelure blonde, un air dédaigneux…Il émanait de lui une autosuffisance troublante…Mais jumelé avec son corps trempé…c’était un spectacle divertissant. La jeune femme du retenir un petit rire lorsqu’elle le vit écarter une mèche de cheveux mouillés. Un petit sourire naquit sur le coin de ses lèvres. Elle inclina quelque peu sa tête sur le côté, l’air pensive… Elle avait déjà vu ce garçon au château, mais jamais ils ne s’étaient parlés. Il faut dire qu’il ne semblait pas des plus sociables. Enfin, peu importait vraiment. Elle lui lança tout de même un « Bonsoir » empreint de jovialité. S’attendit-elle à un retour de courtoisie bien agréable elle fut quelque peu déçue de l’entendre dire

-Tu es la préfète qui s’est occupé du petit couple ? J’espère que tu as fait le nécessaire, je viens de les croiser et ils m’ont dit t’avoir vu.

Il écarta encore une fois une mèche de cheveux, alors que Tayana surprise par son entrée en matière se rappela les avoir renvoyé, mais sans les châtier…Le jeune homme devant lui devait être de ceux qui aimait retrancher des points pour n’importe quelle raison…Mais apparemment justice avait été faite ce soir et de le voir ainsi dégoûter tranquillement sur le sol de pierre de Poudlard était assez divertissant. Probablement un acte de Peeves…Satané fantôme…Tatyana reporta son regard sur le préfet…à la clarté de la lune on lui aurait donné un air plus menaçant encore…Un être qui semblait s’être monté une façade de froideur…Tant d’indifférence pour les autres émanait de lui…Son sourire s’élargit alors que sa mèche rebelle retombait devant ses yeux…Elle savait qu’elle allait entrer dans la bulle du jeune homme et sûrement elle le contrarierait mais elle le fit quand même…S’approchant d’un pas et tendant la main elle écarta d’elle-même la dite mèche qui pendouillait de manière provocatrice. Elle décocha un sourire amusé avant de répondre :

- Ils ont certes eu ce que je jugeais bon de leur imposer…Mais ils sont loin d’être aussi peste que ces trois frère Serpentard qui s’amusent à faire des coups pendables…D’ailleurs c’est soit à eux ou à Peeves que vous devez ce look détrempé je me trompe?

Innocemment elle reprit sa marche vers son dortoir. Voyant que le jeune homme restait planté là, elle lui fit un signe de tête pour qu’il l’accompagne…en ajoutant :

- Il n’y a plus personne de ce côté de toute façons…

Allait-il la suivre? Ou resterait-il dans son monde de parfait égocentrisme? Secrètement Tatyana se surprit à espérer qu’il la suive. Elle aimait toujours rencontrer de nouvelles personnes mais le plaisirs en était encore plus grand lorsqu’elle tombait sur des personnes de forts caractères, ce que semblait être le jeune préfet. Elle tourna la tête légèrement vers l’arrière, laissant sa chevelure ondulée sous le mouvement, le tout pour le voir du coin de l’œil…

- Moi c’est Tatyana…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan
Préfet
Tristan

Masculin Nombre de messages : 18
Age : 27
Maison : Serdaigle
Âge du perso : 16ans
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: Dans les couloirs...   Mer 18 Juil - 8:40:27

Tristan s'était campé sur ses deux jambes, les bras croisés et attendait une réponse satisfaisante de la préfète. En général, il n'avait pas à se mêler des sanctions infligées par les autres préfêts, en général il ne le faisait pas mais il n'avait pas envie de laisser filer ces deux-là. En général toujours, c'était lui qui infligeait les sanctions les plus élevées, il le savait et s'en moquait ... les rares qui étaient parfois plus évères étaient les préfets de serpentard lorsqu'ils avaient à faire à des gryffondors.

Il s'empêcha de reculer lorsqu'il vit Tatyana avancer vers lui et se força à la fixer. Son attitude le dérangeait et il avait envie de lui foutre son poing dans la gueule mais il ne lui ferait certainement pas ce plaisir. Il réprima un frisson lorsqu'elle écarta sa mèche de cheveux humides et serra les dents, rester impassible. Une flopée de mots vulgaires, de phrases cinglantes lui vinrent au bord des lèvres et il se fit violence pour ne pas les échapper, se contentant de la fixer de son regard froid. Il se retint également de penser qu'il devait avoir l'air complètement ridicule et qu'il n'avait certainement aucune crédibilité... En fait, il le pensa tout de même un instant avant de se rappeler brutalement que le regard et les jugements des autres n'avaient aucune prise sur lui.

Il laissa tomber un "merci" dénué de toute émotion et esquiva la question; pour rien au monde il ne voulait avouer devant quelqu'un qu'il avait été la victime d'un des mauvais jeux de Peeves. Qu'elle s'imagine ce qu'elle veut, c'était bien mieux ainsi! Même s'il pouvait être vexant qu'elle soit convaincu que son état soit l'oeuvre de deuxièmes (ou troisièmes? il avait soudainement un doute) années à serpentard. Pour qui le prenait-elle?

- Il n’y a plus personne de ce côté de toutes façons…

Tristan haussa un sourcil, c'était quoi ça? Il n'avait pas été assez clair? Pas été assez désagréable? Est-ce qu'elle ne se rendait pas compte qu'elle le dérangeait et qu'il n'avait aucune envie de faire route avec quelqu'un? A quoi servaient deux préfêts allant dans la même direction? Surtout qu'elle contesterait certainement ses sanctions. Il jeta un regard autour de lui, son unique autre option était de retourner sur ses pas ce qui n'avait pas un intérêt fou. Il secoua la tête de dépit et attendit encore un instant avant de lui emboîter le pas.

- Moi c’est Tatyana…
-Tristan.


Est ce qu'elle le...Draguait? Il serra les poings à cette pensée, que l'idée même le traverse était déjà en soi une erreur. Il crispa encore un peu plus sa machoire. Soit, elle n'était pas désagréable à regarder, elle était peut-être même jolie mais... c'était une fille et Tristan évitait au maximum ces créatures étranges qui ne lui attiraient toujours que des emmerdes bien corsées. D'ailleurs, la plupart du temps, les filles l'évitaient également, ce qui lui convenait...en vérité, grand nombre de gens l'évitaient; Tristan n'était pas vraiment ce qu'on peut appeler un garçon sociable; et c'était tant mieux.

Il prit soin de ne jamais marcher à la même hauteur qu'elle, souvent un ou deux pas en avant, quelques fois traînant derrière; il ne voulait lui laisser aucune occasion de lui adresser la parole et lui faire comprendre clairement qu'il n'était là que par obligation. Bientôt une lumière salvatrice apparut au bout du couloir, le lumos d'un élève malchanceux qui regagnerait bientôt son dortoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans les couloirs...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans les couloirs...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ça se bouscule dans les couloirs (PV Charlie)
» Dans les couloirs du MNF
» L'Art de se Perdre dans les Couloirs
» C'est le temps des explications... (Hope et Warren ?)
» Bureau du médecin de l'aile civile de l'hôpital d'Artois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
École Spéciale De Magie :: Château :: Infirmerie-
Sauter vers: